L’ingénieur de l’EMG

Home / Education / L’ingénieur de l’EMG
L’ingénieur de l’EMG

     Le Maroc évolue dans un contexte économique particulier caractérisé par la mondialisation et la libéralisation des échanges commerciaux prônés par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le corollaire d’une telle situation est que les entreprises marocaines seront plus que jamais confrontées à une rude concurrence tant sur le plan national qu’international. Les barrières douanières étant abolies progressivement, le protectionnisme de l’état étant abandonné et les situations de monopole s’amenuisant continuellement, les entreprises marocaines se trouvent désormais livrées à elles-mêmes. Elles ne peuvent plus compter que sur leurs propres atouts et leurs forces pour arracher des positions concurrentielles et les garder. Elles devront livrer un véritable combat commercial sans relâche et sans faiblir. Pour soutenir et vaincre cette concurrence qui se fait de plus en plus forte et impitoyable, les entreprises marocaines devront faire preuve d’une compétitivité de bon aloi qu’elles feront à coups de rationalisations et qu’elles entretiendront à coups d’améliorations et d’innovations. Elles devront s’engager résolument dans la voie de la mise à niveau et de l’excellence. Elles devront s’inscrire dans l’action effective pour relever le défi de la concurrence qui décide de leur avenir. Il est indéniable que le Monde change. Il change même très vite et dans tous les secteurs. Des mutations voire des révolutions importantes lui ont été imposées par l’homme lui-même dans sa quête incessante du progrès. Les TIC ont investi tous les domaines, l’automatisation, la robotisation et l’intelligence artificielle ont conquis l’industrie, les outils et systèmes experts d’aide à la conception, la modélisation,
l’analyse, la simulation se multiplient de façon intense, de nouvelles façon de produire et de gérer la production, la qualité, la maintenance, la sécurité et l’environnement sont devenus des éléments incontournables dans la recherche de l’efficience. L’ingénieur doit accompagner et maîtriser ces changements. Il doit même les anticiper. Cela lui permettra de mieux contribuer au renforcement de la compétitivité du tissu industriel marocain. Dans ce contexte, il est donc clair que c’est d’une nouvelle race d’ingénieurs dont le Maroc a besoin : celle de la compétitivité. C’est cette nouvelle lignée d’ingénieurs que l’EMG doit former. En outre, l’EMG doit être en parfaite symbiose avec son milieu environnant socioéconomique, son principal « client ». Elle doit être constamment à son écoute pour identifier ses besoins, les comprendre parfaitement et trouver les moyens les plus appropriés de les satisfaire de façon satisfaisante en termes de formations initiale et continue, d’innovations et de prestations de conseil. En outre, bien qu’aucune étude exhaustive n’ait été faite à ce jour sur les besoins en ingénieurs de l’industrie marocaine, il demeure évident que les besoins pour ce type de cadres techniques sont grands eu égard aux éléments suivants : 

  • les PME constituant plus de 90% du tissu industriel marocain restent faiblement encadrées en termes d’ingénieurs et souffrent ainsi du manque de compétences à même d’améliorer leur compétitivité dans un marché devenant chaque jour plus concurrentiel;
  • Le besoin pour ces entreprises mais aussi pour les grandes d’améliorer leur processus et les maîtriser au moyen des différentes démarches, méthodes et outils du génie industriel (lean management, qualité, maintenance, sécurité etc);
  • le secteur du bâtiment connaît un développement remarquable sous l’effet de la stratégie nationale d’aménagement du territoire, du développement du logement social et de l’éradication du logement insalubre. Le secteur se développe aussi grâce aux projets de valorisation de zones urbaines et d’autres grands projets d’aménagement que le Maroc projette de réaliser dans différentes villes;
  • le développement important et rapide de secteurs industriels dans le cadre du plan d’accélération industrielle suite à la politique du Maroc visant à attirer le plus possible d’entreprises industrielles dans différents domaines tels que l’aéronautique, l’automobile, l’électronique, l’offshoring d’activités en liaison avec les Technologie de l’Information, la logistique et d’autres domaines prometteurs;
  • la nécessité pour les entreprises, aujourd’hui et demain, d’opérer leur transformation digitale imposée par la quatrième révolution qui utilise l’internet des objets, le big data, le cloud computing, la data science, l’intelligence artificielle et machine learning, la réalité augmentée, la simulation numérique etc;
  • la mise en œuvre de l’INDH qui engage des actions de développement tous azimuts touchant différents secteurs économiques et sociaux marocains et impliquant différents profils d’ingénieurs.

Les besoins sont certainement grands, mais il convient de mieux les appréhender aussi bien en termes qualitatifs que quantitatifs afin d’apporter les réponses idoines aux demandes de l’économie marocaine pour les différents profils d’ingénieur.
Il est important que l’EMG forme des ingénieurs de haut niveau répondant aux besoins du milieu socioéconomique par leurs profils et leurs compétences acquises.
Pour assurer un développement fort et harmonieux de l’EMG, il est désormais important d’engager des actions pertinentes telles que :

  • La mise en place de filières de formation répondant mieux aux exigences du
    milieu socioprofessionnel;
  • La recherche d’une meilleure coopération avec le milieu socioprofessionnel environnant afin de faire jouer toutes les synergies de développement en matière de formation continue, de conseil et d’études;
  • Le renforcement de l’ouverture de l’Ecole sur l’international;
  • La diversification et le renforcement des moyens de communication interne et externe;
  • la promotion de l’innovation dans des secteurs porteurs;
  • Le développement des activités culturelles et sportives des étudiants;
  • Le développement d’actions citoyennes.

Ces différentes actions devraient permettre à l’EMG d’être plus efficiente et de contribuer efficacement au développement de l’Economie marocaine aujourd’hui en pleine ébullition. La compétitivité du tissu socioéconomique du Maroc dépend en particulier des ingénieurs que les écoles formeront en termes d’effectifs, de profils et de compétences.

Leave a Reply

Your email address will not be published.